Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chemins et légendes du Val d'Aran

Installée pour l’été au Val d’Aran je reprends mon blog pour rapporter deux récits qui courent encore dans la vallée. L’un trouve sa source dans un monde où saints - descendus des Cieux comme les Dieux antiques- et hommes se côtoyaient et se parlaient. L’autre plus moderne, rapporte un amour malheureux . Les deux font partie des Chemins et Légendes du Val d’Aran.

Unha

Unha

En remontant la Garonne depuis Viehla, le premier parcours modelé par une légende recoupe celui du berger Corilha qui vivait à Gessa. Le village situé au fond d’un val encaissé subissait régulièrement de dures tempêtes et ne comptait plus le nombre de brebis qui, surprises par l’orage, mourraient foudroyées.

Corilha parcourait toujours le même chemin pour amener paître son troupeau en amont du torrent. Après avoir passé l’église de Saint Pierre, il longeait le ravin qui porte aujourd’hui son nom, jusqu’à arriver à Unha où il récitait une prière devant le porche de l’église Sainte Eulalie. Puis, il remontait avec ses bêtes vers les prairies rases qui leur servaient de pâture.

Gessa

Gessa

Un jour de tourmente la panique s’empara du troupeau et Corilha perdit plusieurs agnelles : le ravin caché par les trombes d’eau les avaient englouties. Mais la Foi du berger et sa confiance en la Providence étaient plus fortes que sa peur aussi amenait-il ses bêtes toujours plus loin, toujours plus haut, là où prenait naissance après l’orage l’arc irisé de Saint Martin ( arc-en-ciel).

Hauts pâturages (Gessa-Unha)

Hauts pâturages (Gessa-Unha)

Par un après-midi de fin d’été, Corilha rassemblait son troupeau avec hâte car de mauvais nuages assombrissaient le ciel et il ne voulait pas risquer de perdre une de ses bêtes. Très affairé il n’avait pas remarqué qu’un vieil homme l’observait depuis le chemin tout proche. Vêtu d’une bure, une cordelière autour de la taille d’où pendait un crucifix, l’homme devait être quelque ermite ignoré des hommes. Corilha s’apprêtait à le saluer sans interrompre sa marche quand le vieillard l’interpela :

- Berger Corilha, inutile de te hâter. Aujourd’hui, je protège ton retour et celui de ton troupeau car je connais ta piété. Je protègerai aussi Gessa de toutes les intempéries à venir si ses habitants construisent ici même un sanctuaire pour Saint Martin.

A ces mots il posa sa main sur l’épaule de Corilha qui ressentit comme une brûlure lorsque l’empreinte se fixa sur sa peau.

- Ne crains rien cette empreinte est le sceau de ma protection et la preuve que j’honorerai ma promesse dès que la première pierre de la chapelle sera posée.

fresque du XII° (Val d'Aran)

fresque du XII° (Val d'Aran)

Quand le berger eut compris que Saint Martin venait de se manifester à lui, l’homme avait disparu mais non l’empreinte sur son épaule…

Aujourd’hui en suivantle sentier en zig-zag qui monte vers le Tuc d’Arenho on voit encore quelques pierres de la chapelle de Saint-Martin que les villageois construisirent vers le XII° pour honorer leur protecteur. Le randonneur remontera le temps et la légende en 3h et demi avec un dénivellé de 600 mètres.

À suivre….

Le chemin du berger

Le chemin du berger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Maisonnier Nga et Jean 29/10/2015 08:13

J'aime votre signature : MOI !
Bzzzz.

Marie 28/07/2015 17:35

Hélàs non, Marie! L'âge et la canicule en sont la cause....

Marie 28/07/2015 00:09

Merci pour cette histoire, si joliement illustrée !
Avez-vous fait la balade jusqu'à la chapelle ?
Bises à tous deux. Marie

Saura 26/07/2015 15:32

Merci, Montserrat, de m'honorer par tes jolies et enrichissantes recherches.
Ton talent est inépuisable car ton âme est généreuse.
Desde Tolosa estant, rep una forta abraçada meva.
Llucia

Maisonnier Nga et Jean 26/07/2015 06:13

C Bo !
N &J.
Bises
NOUS